Jueves, 31 de mayo de 2007
Sonnet pour H?l?ne


Quand vous serez bien vieille, au soir, ? la chandelle,
Assise aupres du feu, devidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous esmerveillant :
Ronsard me celebroit du temps que j'estois belle.

Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
Desja sous le labeur ? demy sommeillant,
Qui au bruit de mon nom ne s'aille resveillant,
Benissant vostre nom de louange immortelle.

Je seray sous la terre et fantaume sans os :
Par les ombres myrteux je prendray mon repos :
Vous serez au fouyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et vostre fier desdain.
Vivez, si m'en croyez, n'attendez ? demain :
Cueillez d?s aujourd'huy les roses de la vie.

Publicado por gala2 @ 7:18  | POEMAS
Comentarios (1)  | Enviar
Comentarios
Publicado por nombre
Viernes, 01 de junio de 2007 | 18:51
Merci, ?ngela:
C'est l'un des premier po?mes que j'ai apris par coeur... il y a tr?s longtemps.
D'o? les tirez-vous?
Un grand merci.
Mariano Ibeas