Lunes, 21 de mayo de 2007
Paris-Dourdan


? Dourdan, les gens cr?vent comme des rats. C'est du moins ce que pr?tend Didier, un secr?taire de mon service. Pour r?ver un peu, je m'?tais achet? les horaires du RER - ligne C. J'imaginais une maison, un bull-terrier et des p?tunias. Mais le tableau qu'il me tra?a de la vie ? Dourdan ?tait nettement moins idyllique : on rentre le soir ? huit heures, il n'y a pas un magasin ouvert ; personne ne vient vous rendre visite, jamais ; le week-end, on tra?ne b?tement entre son cong?lateur et son garage. C'est donc un v?ritable r?quisitoire anti-Dourdan qu'il conclut par cette formule sans nuance : "? Dourdan, tu cr?veras comme un rat."
Pourtant j'ai parl? de Dourdan ? Sylvie, quoiqu'? mots couverts et sur un ton ironique. Cette fille, me disais-je dans l'apr?s-midi en faisant les cent pas, une cigarette ? la main, entre le distributeur de caf? et le distributeur de boissons gazeuses, est tout ? fait le genre ? d?sirer habiter Dourdan ; s'il y a une fille que je connaisse qui puisse avoir envie d'habiter Dourdan, c'est bien elle ; elle a toute ? fait la t?te d'une pro-dourdannaise.
Naturellement, ce n'est l? que l'esquisse d'un premier mouvement, d'un tropisme lent qui me porte vers Dourdan et qui mettra peut-?tre des ann?es ? aboutir, probablement m?me qui n'aboutira pas, qui sera contrecarr? et an?anti par le flux des choses, par l'?crasement permanent des circonstances. On peut supposer sans grand risque d'erreur que je n'atteindrai jamais Dourdan ; sans doute m?me serais-je bris? avant d'avoir d?pass? Br?tigny. Il n'emp?che, chaque homme a besoin d'un projet, d'un horizon et d'un ancrage. Simplement, simplement pour survivre.




Michel Houellebecq (1958- )
Publicado por gala2 @ 5:27  | POEMAS
Comentarios (0)  | Enviar
Comentarios