Viernes, 13 de abril de 2007

Poema recogido en la revista RIMBAUD, junio 2005, n? 35, Francia.


JOS? HIERRO
(1922-2002)


LA RENCONTRE

Un jour je dirai : bienvenue
? la maison. Voici ton foyer.
Bois ton vin dans ta coupe,
regarde le ciel et romps le pain.
Comme tu as tard?. Tu as chemin?
sous les constellations
du Sud, navigu? sur des fleuves
au murmure diff?rent. Comme
il fut long ton voyage. Je te sens
fatigu?. Ne dis rien.
Donne ? manger ? tes chiens,
?coute le chant des peupliers.
Ne me demande rien,
ne dis rien.

Si je parlais,
tu pleurerais. Si tu bravais
tes spectres dans le miroir,
s?rement n?y verrais-tu
aucune image se refl?ter.
Ce qui fut vivant est mort :
le temps l?a tu?. Toi seul
peux l?enterrer. Donne-lui
terre demain, apr?s
t??tre repos?. Bienvenu
chez toi. Ne dis rien.
Demain nous parlerons.



(Poema traducido del espa?ol por No?lle Y?bar-Valdez)

Tags: Jose Hierro en francés

Publicado por gala2 @ 15:29  | POEMAS
Comentarios (0)  | Enviar
Comentarios